02 juillet, 2015

Lavillenie et Powell - deux stars prêtes à enflammer le Stade de France

Les stars sont à Paris. Et elles profitent des lieux. Renaud Lavillenie et Asafa Powell, deux des plus grands noms de l’athlétisme mondial, ont donné à leur manière le coup d’envoi du MEETING AREVA 2015, jeudi 2 avril. Le perchiste français et le sprinteur jamaïcain se sont rendus… en bateau, sur la Seine, à la conférence de presse de lancement de l’étape française de la Diamond League IAAF, organisée dans un salon au décor chargé d’histoire de l’Hôtel de Ville de Paris. Une expérience que l’ancien recordman du monde du 100 m a semblé apprécier. « Ces dernières années, je n’avais pas vraiment eu l’occasion de jouer les touristes lors de mes séjours parisiens, a avoué Asafa Powell dans un immense sourire. Cette année, je veux en profiter un peu plus. »

 et/L’un comme l’autre ont goûté au périple fluvial, mais sans se détourner de leur objectif principal : la performance. Asafa Powell est en forme et ne s’en cache pas. « J’ai ouvert ma saison par un chrono de 9’’84 (le 9 mai à Kingston), plutôt rapide pour une première course, a-t-il expliqué. Depuis, je me sens bien, je suis relax, je prends beaucoup de plaisir à ce que je fais sur la piste. »

A 32 ans, le Jamaïcain reconnait apprécier sa position d’outsider du sprint mondial. « J’ai longtemps été très exposé, maintenant je me sens très bien sous les radars ». Il assure se concentrer seulement sur lui-même, sur sa course et sa performance, sans s’occuper de l’adversité et des chronos réussis par ses rivaux, Justin Gatlin en tête. Mais Asafa Powell a reconnu regretter l’absence d’Usain Bolt, contraint à renoncer en début de semaine au MEETING AREVA à cause d’une blessure à la jambe gauche. « Il aurait été sympa de courir contre lui, c’est dommage. Mais ça ne change pas grand-chose pour moi. Je vais faire ma course. Je suis en forme. Dans l’optique des Mondiaux de Pékin, il serait bien de courir encore un peu plus vite que mes chronos de la saison. »

Renaud Lavillenie, tout aussi détendu à l’avant-veille de la réunion francilienne, attend avec la même impatience de pousser la porte du Stade de France. Il explique avoir réussi des « choses intéressantes » ces derniers jours à l’entraînement. Et se dit prêt à réussir, enfin, au moins 6 mètres au MEETING AREVA, une barre derrière laquelle il court depuis sa première participation, en juillet 2008. « Sauter 6 m n’est jamais simple. Il faut savoir que seulement 18 perchistes y sont parvenus dans l’histoire. Et nous sommes seulement 3 à avoir réalisé cette performance au moins cinq fois. Au Stade de France, le vent est souvent présent, il tourne et rend les concours compliqués. Mais si les conditions sont bonnes, samedi soir, je dois pouvoir aller haut. » Le Français a prévu de débuter sa compétition à 5,70 m, en utilisant une perche de 13.8 ou 14.0.

Auteur cette saison d’un saut à 6,05 m le 30 mai à Eugene, Renaud Lavillenie a placé le MEETING AREVA en bonne place parmi les temps forts de sa saison. « Une grande partie des gens qui m’accompagnent et me soutiennent réside à Paris, il est donc important pour moi de briller dans cette compétition, pour leur faire le plaisir d’une grande performance, explique-t-il. Et puis, la date du MEETING AREVA est particulièrement favorable cette année. Le concours, samedi soir, sera le premier de ma deuxième série de meetings. J’ai la chance de débuter par quelque chose de très fort, avec un public nombreux et acquis. En prime, nous allons sauter avec les filles, un double concours de perche qui n’avait plus eu lieu depuis l’année 2009. »

Le MEETING AREVA 2015 devrait se dérouler, samedi 4 juillet, par une soirée très estivale, dominée par des températures proches des 30°, voire supérieures en début de programme. « Des conditions très favorables au sprint,  aux haies et aux concours », précise Laurent Boquillet, le directeur sportif de la réunion. La Fédération française d’athlétisme, propriétaire et organisatrice de l’événement, attend 45 à 50 000 spectateurs, dont plusieurs milliers de jeunes invités par le Secours Populaire. Bernard Amsalem, le président de la FFA, l’a expliqué : « La soirée sera également marquée par deux moments forts : la remise de la médaille de bronze des Jeux de Londres au 4x100 m français, classé à la 3ème place après le déclassement du relais américain, et une célébration du 50ème anniversaire du record du monde du mile, établi en 1965 par Michel Jazy ». Vivement samedi.