08 août, 2019

Le mois de juillet en IAAF Diamond League

Les deux étapes mythiques de Lausanne et Monaco et celle de Londres ont donné le coup d’envoi à un été très chaud pour la Diamond Race. Tour d’horizon des principales performances du mois de juillet, avant les différents championnats nationaux.

Lausanne

Le stade de la Pontaise, à Lausanne, a vu l’Américain Noah Lyles éclabousser le monde du sprint de son immense talent le 7 juillet. En remportant le 200 m en 19’’50, le Floridien est devenu le quatrième performeur de l’histoire sur le demi-tour de piste, et a pris rendez-vous pour le meeting de Paris, dont il sera au départ le 24 août avec comme ambition de frapper encore plus fort à un mois des Mondiaux de Doha.
En Suisse, Orlando Ortega a également brillé, en remportant le 110 m haies en 13’’05 (+1,0), alors que le champion d’Europe Pascal Martinot-Lagarde a effectué sa rentrée en 13’’34. Jakob Ingebrigtsen a porté le record d’Europe juniors du 1500 m à 3’30’’16, en prenant la deuxième place de la course derrière le Kenyan Timothy Cheruiyot, qui a établi la meilleure performance mondiale de l’année en 3’28’’77.
La Colombienne Caterine Ibarguen a bondi à 14,89 m au 5e essai du concours de triple saut pour s’assurer la victoire, sept centimètres devant la championne du monde vénézuélienne Yulimar Rojas. Les deux cadors du triple saut féminin se retrouveront une nouvelle fois dans la capitale française le 24 août.
Tandis que Mariya Lasitskene a enregistré une nouvelle victoire à la hauteur avec 2,02 m, Piotr Lisek a porté le record de Pologne du saut à la perche à 6,01 m, pour devancer Sam Kendricks (5,95 m) et Renaud Lavillenie (5,81 m). Les deux derniers prendront également le chemin du stade Charléty en août pour un concours qui promet d’aller très haut.

Monaco

Le demi-fond a une nouvelle fois fait vivre aux spectateurs du meeting Herculis de Monaco un moment d’éternité, qu’ils ne sont pas près d’oublier. La Hollandaise Sifan Hassan, qui s’entraîne aux Etats-Unis sous la houlette d’Alberto Salazar, a battu le record du monde du mile, en avalant la distance en 4’12’’33.
L’affrontement au sommet entre les Américains Christian Taylor et Will Claye a tourné à l’avantage du double champion olympique lors du concours de triple saut. Taylor a dû porter sa meilleure performance de la saison à 17,82 m pour prendre le dessus sur son compatriote, mesuré à 17,75 m. Les deux hommes verront de nouveau leurs routes se croiser à l’occasion du meeting de Paris le 24 août au stade Charléty.
Cinq jours après avoir été battu par Timothy Cheruiyot sur 1500 m à Lausanne, Jakob Ingebrigtsen a tout tenté pour prendre sa revanche au stade Louis II, mais a dû une nouvelle fois accepté la domination du Kényan, vainqueur en 3’29’’97. Le prodige norvégien aura une nouvelle occasion de passer pour la première fois de sa jeune carrière sous les 3’30’’, lors du meeting de Paris le 24 août, où sera également aligné son frère Filip.
Epatant en Suisse, Noah Lyles a cette fois connu la défaite sur 100 m, où le champion du monde Justin Gatlin a dicté sa loi en 9’’91, soit un centième de mieux que Lyles. Piotr Lisek a, lui, continué à surfer sur sa bonne dynamique, en améliorant son record de Pologne d’un centimètre en franchissant 6,02 m à la perche.

Londres

Si le demi-fond avait éclairé Monaco, c’est la ligne droite qui a fait vibrer le stade olympique de Londres les 20 et 21 juillet. La Jamaïcaine Danielle Williams a frappé la première, en signant l’excellent chrono de 12’’32 (+0,8) lors de la finale du 100 m haies. Sa compatriote Shelly-Ann Fraser-Pryce a rappelé à tous pourquoi elle avait gagné le surnom de « Pocket Rocket » et deux titres olympiques en remportant le 100 m en 10’’78 (+0,7) le lendemain.
Hellen Obiri a réalisé la meilleure performance mondiale de l’année sur 5000 m, au terme d’un mano a mano somptueux face à sa compatriote kenyane Agnès Tirop. La championne olympique a bouclé son affaire en 14’20’’36. L’Allemande Malaika Mihambo a confirmé qu’elle était la nouvelle patronne du saut en longueur en remportant le concours avec 7,02 m, tandis que Christian Taylor a subi la domination du Portugais Pedro Pablo Pichardo, vainqueur du triple saut avec 17,53 m, contre 17,19 m à son dauphin.
Même scénario pour Mutaz Barshim, de retour à la compétition après un printemps marqué par les blessures. Le Qatarien a dû se contenter d’une deuxième place avec 2,27 m au saut en hauteur, lors d’un concours qui a souri au Syrien Majd Ghazal, qui a dompté une barre placée à 2,30 m. Les défaites de la grecque Ekaterini Stefanidi sont tout aussi rares, mais c’est bien la Russe sous bannière neutre Anzhelika Sidorova qui a empoché les points de la victoire à la perche. Toutes les deux ont franchi 4,75 m, mais la lauréate a connu moins d’échecs avant d’y parvenir.